Passer au contenu
4-conseils-pour-la-gestion-de-la-colère

4 conseils pour la gestion de la colère

La colère est une émotion naturelle que chacun ressent de temps à autre. 

Cependant, lorsque la colère devient intense, fréquente et incontrôlable, elle peut entraîner des problèmes dans nos relations, au travail et dans notre bien-être général.

La gestion de la colère fait référence aux compétences et aux techniques que nous pouvons utiliser pour gérer efficacement notre colère et éviter qu'elle ne dégénère en comportements destructeurs. Inconsciemment, la colère peut être utilisée de nombreuses façons.

La gestion de la colère est un processus complexe qui implique une combinaison de stratégies cognitives, comportementales et émotionnelles. Examinons de plus près certains des éléments clés de la gestion de la colère.

Les stratégies cognitives consistent à changer notre façon de penser face à une situation qui déclenche notre colère. Par exemple, au lieu de supposer immédiatement le pire quant aux intentions ou aux motivations d'une personne, nous pouvons apprendre à recadrer nos pensées d'une manière plus positive. Il peut s'agir de remettre en question des hypothèses et des croyances négatives, de pratiquer l'empathie et la compréhension, et de se concentrer sur la résolution de problèmes plutôt que sur l'accusation.

Les stratégies comportementales consistent à changer la façon dont nous réagissons à notre colère. Il peut s'agir d'apprendre de nouvelles techniques d'adaptation telles que les techniques de relaxation, la communication assertive et la résolution de problèmes. Les stratégies comportementales peuvent également consister à éviter ou à se retirer des situations qui déclenchent notre colère.

Les stratégies émotionnelles consistent à changer la façon dont nous ressentons notre colère. Il peut s'agir de pratiquer l'autocompassion, la pleine conscience et l'acceptation.

La colère est une émotion normale et nous avons besoin de l'exprimer. En apprenant à reconnaître et à accepter notre colère, nous pouvons éviter qu'elle ne se transforme en émotions plus destructrices telles que la honte, la culpabilité ou le ressentiment.

Globalement, la gestion de la colère nécessite une combinaison de ces stratégies cognitives, comportementales et émotionnelles. En élaborant un plan personnalisé de gestion de la colère qui intègre ces stratégies, nous pouvons apprendre à gérer efficacement notre colère et à améliorer notre bien-être général. Il est également important de demander l'aide d'un professionnel si notre colère affecte de manière significative notre vie quotidienne ou nos relations. 

Le défoulement contribue-t-il à la gestion de la colère ?

gestion de la colère 

Tout d'abord, il est important de comprendre quelle est la manière dont nous nous défoulons. Chaque personne, en fonction de son âge et de son caractère, a sa propre façon de se défouler, même si toute forme de défoulement a des conséquences négatives sur notre santé mentale !

Parmi les formes les plus courantes, on peut citer les injures, les insultes et la violence verbale en général, les pleurs, les crises de violence contre des objets et, dans le pire des cas, la violence contre un proche.

Les crises de colère et les emportements ne peuvent être utiles que s'ils n'entraînent pas de problèmes collatéraux et n'épuisent pas mentalement la personne.

Les pleurs, par exemple, soulagent les sentiments de colère et de confusion, mais ils ont un effet négatif sur la gestion de la colère et sur la personne en général lorsqu'ils deviennent persistants.

1. Évaluer la situation avant la crise 

Lorsqu'un événement contrariant ou une situation stressante survient, chacun d'entre nous dispose généralement de quelques secondes avant de prendre conscience de ce qui se passe, de s'indigner et, finalement, de s'emporter.

Votre gestion de la colère doit donc se concentrer sur les quelques secondes qui précèdent l'explosion, après quoi nous sommes confus et incapables d'agir avec sagesse.

Une fois que nous savons ce que nous allons faire lorsque nous nous emportons (par exemple, jurer, frapper, casser quelque chose), nous prenons quelques secondes pour nous demander si cela en vaut la peine. Cela vaut-il la peine de se disputer avec notre enfant parce qu'il a une fois de plus sali ses vêtements ? Cela vaut-il la peine d'insulter le voisin et de lui en vouloir parce qu'il a laissé des objets devant notre porte d'entrée ? Cela vaut-il la peine de se disputer avec un ami parce que nous avons commencé par nous disputer à propos d'un incident ?

Dans la multitude des cas, la réponse que vous vous donnerez sera non et ce sera votre outil naturel de gestion de la colère. 
 

2. Je gère ma colère en pensant aux conséquences

Avant d'en arriver à la colère, nous pouvons avoir une autre réflexion, qui nous rassurera et nous évitera de tomber dans l'excès.

La réflexion sur les conséquences agit comme un catalyseur cérébral. Il s'agit essentiellement de contrebalancer l'émotion de la colère par la raison. Chaque décision que nous prenons implique utilement 50 % de logique et 50 % d'émotion. En ce qui concerne la colère, cela fonctionne particulièrement bien si nous ne nous contentons pas d'évoquer les conséquences, mais si nous évoquons les conséquences immédiates...

Lorsque nous sommes dans un état de frustration, nous sommes confrontés à deux perspectives :

  • Obtenir une libération immédiate en explosant de colère avec tout ce que cela implique
  • Éviter cette libération instantanée, chercher à la gérer de manière substantielle, en se concentrant sur ses conséquences dans un avenir proche.

Par nature, notre esprit a tendance à graviter vers la première considération, à trouver le plus immédiat. C'est pourquoi nous devons réfléchir aux conséquences immédiates de l'explosion, afin que cette première considération apparaisse comme un mauvais choix. 

3. Éviter les situations qui provoquent une colère prolongée

Souvent, nous pouvons nous rendre compte que certaines situations nous conduisent à des accès de colère. Par exemple, le fait que quelqu'un change constamment l'emplacement d'un objet sur votre bureau.

Dans ces situations, nous n'essayons pas de gérer les accès de colère. Nous nous concentrons sur l'élimination de la source de la colère si elle se prolonge. Il vaut mieux faire un bon effort pour obtenir un effet durable. 

4. Le détachement facilite la gestion

Enfin, le détachement est également un allié important. Dès que vous vous rendez compte qu'une situation va déraper et conduire à une crise de colère, il est extrêmement utile de changer d'environnement pendant quelques minutes afin de ne plus y penser du tout.

Cette méthode fonctionne même après l'épisode de colère. En général, ce sont les personnes et les situations qui nous mettent en colère. En prenant du recul et en nous limitant à nous-mêmes pendant un certain temps, nous nous éloignons de tout facteur de colère - à condition que cela ne devienne pas une habitude, bien sûr !

Exercice physique

4 conseils pour la gestion de la colère

L'exercice physique peut être un outil puissant pour la gestion de la colère. Lorsque nous nous sentons en colère, notre corps libère des hormones telles que l'adrénaline et le cortisol qui nous préparent à "combattre ou fuir". L'exercice physique peut nous aider à canaliser cette énergie de manière positive, en nous permettant de relâcher la tension physique et de brûler l'énergie excédentaire.

En outre, la pratique régulière d'un exercice physique peut contribuer à réduire le niveau général de stress, ce qui permet d'éviter que la colère ne s'installe. L'exercice libère également des endorphines, qui sont des stimulants naturels de l'humeur et qui peuvent contribuer à réduire les sentiments de colère et de frustration.

Il existe de nombreux types d'exercices qui peuvent être efficaces pour la gestion de la colère. Les exercices cardiovasculaires, tels que la course à pied, le vélo ou la natation, peuvent être particulièrement utiles pour brûler l'énergie excédentaire et réduire le stress. Le yoga et d'autres pratiques psychocorporelles peuvent également être efficaces pour la gestion de la colère, car ils favorisent la relaxation et la pleine conscience.

Il est important de noter que l'exercice physique ne remplace pas l'aide d'un professionnel si vous êtes aux prises avec des problèmes de colère. Cependant, l'intégration d'une activité physique régulière dans votre routine peut être un outil précieux pour gérer la colère et améliorer le bien-être général.

Thérapie de gestion de la colère

traitement pour la gestion de la colère

La thérapie de gestion de la colère est un type de psychothérapie qui vise spécifiquement à aider les individus à gérer leur colère de manière saine et constructive.

Lorsque vous vous rendez compte que vous n'arrivez pas à gérer votre colère intense, il est important de demander l'aide d'un spécialiste
L'objectif de la thérapie de gestion de la colère est d'aider les individus à comprendre les causes profondes de leur colère, à développer des stratégies d'adaptation pour faire face aux déclencheurs de la colère et à apprendre à exprimer leur colère d'une manière plus productive.

Au cours de la thérapie de gestion de la colère, les individus travaillent avec un thérapeute pour identifier les situations, les pensées et les émotions qui déclenchent leur colère. Ils apprennent également à reconnaître les signes physiques et émotionnels de la colère, tels que l'accélération du rythme cardiaque, la tension et l'irritabilité.

Thérapie cognitivo-comportementale (TCC)

La TCC est un type de thérapie qui se concentre sur l'identification et la modification des schémas de pensée négatifs qui contribuent à la colère. Dans le cadre de la TCC, les personnes apprennent à remettre en question les pensées et les croyances négatives sur elles-mêmes, sur les autres et sur le monde, et à les remplacer par des modes de pensée plus positifs et constructifs.

Les thérapies basées sur la pleine conscience, telles que la réduction du stress basée sur la pleine conscience (MBSR) et la thérapie comportementale dialectique (DBT), peuvent également s'avérer efficaces pour la gestion de la colère.

Ces thérapies apprennent aux individus à rester présents dans l'instant et à se concentrer sur leurs pensées, leurs sentiments et leurs sensations physiques sans porter de jugement. Cela peut aider les individus à devenir plus conscients des déclencheurs de leur colère et à apprendre à réagir de manière plus réfléchie et plus ciblée.

Les techniques de relaxation, telles que la respiration profonde, la relaxation musculaire progressive et la visualisation, peuvent également être utiles pour la gestion de la colère. Ces techniques aident les individus à apprendre à détendre leur esprit et leur corps, ce qui peut réduire les sentiments de tension et d'irritabilité et favoriser un sentiment de calme et de bien-être.
Les thérapeutes peuvent utiliser diverses techniques, notamment la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), les thérapies basées sur la pleine conscience et les techniques de relaxation, pour aider les personnes à apprendre à gérer leur colère de manière saine et efficace.

Dans l'ensemble, la thérapie de gestion de la colère peut être un outil précieux pour les personnes qui sont aux prises avec des sentiments de colère intenses ou fréquents. En travaillant avec un thérapeute et en apprenant des stratégies d'adaptation efficaces, les individus peuvent apprendre à gérer leur colère d'une manière qui favorise des relations saines et un bien-être général.

Vous pouvez donc poursuivre votre voyage dans la gestion de la colère et l'amélioration de soi grâce à notre manuel spécial:

À la découverte de moi-même | Manuel de psychothérapie

présente un riche ensemble d’activités principalement destinées aux adolescents et aux adultes. Il s’adresse aussi bien aux personnes qui suivent une thérapie qu’à celles qui envisagent d’en suivre une.
a-la-decouverte-de-moi-meme-manuel-de-psychotherapie 

 

Contenu original de l'équipe de rédaction d'Upbility. La reproduction de cet article, en tout ou en partie, sans mention de l'éditeur est interdite.

Vous pouvez également lire 

Article précédent L'empathie dans l'autisme : Briser les stéréotypes