Passer au contenu
Comprendre-le-retard-mental-Un-guide-complet

Comprendre le retard mental : Un guide complet

I. Retard mental - Introduction

Le retard mental, également connu sous le nom de déficience intellectuelle, est un terme utilisé pour décrire une série de retards cognitifs et développementaux qui affectent de manière significative la capacité d'une personne à fonctionner dans la vie de tous les jours.

Il est essentiel de comprendre et de soutenir les personnes souffrant de déficience intellectuelle afin de promouvoir leur bien-être, leur inclusion et leur participation sociale. Ce guide complet vise à fournir une vue d'ensemble du retard mental, de ses causes, de son diagnostic et des moyens de soutenir les personnes qui en sont atteintes.

II. Causes du retard mental

Le retard mental

 Il existe plus de 1 000 causes organiques connues de retard mental, mais dans la plupart des cas, l'étiologie n'est pas connue. Ces facteurs peuvent être classés en trois grandes catégories : les facteurs génétiques, les facteurs environnementaux et les complications à la naissance.

A. Facteurs génétiques

Le syndrome de Down : Le syndrome de Down est la cause génétique la plus fréquente de retard mental. Il survient lorsqu'une personne possède une copie supplémentaire du chromosome 21, ce qui donne un total de 47 chromosomes au lieu des 46 habituels. Ce matériel génétique supplémentaire affecte le développement du cerveau et du corps, entraînant un retard mental et d'autres problèmes de santé.

adultes atteints d'asperger Situations sociales pour les adolescents atteints d’un trouble du spectre autistique 

Le syndrome de l'X fragile : Le syndrome de l'X fragile est la cause héréditaire la plus courante de retard mental. Il est dû à une mutation du gène FMR1 sur le chromosome X. Cette mutation affecte la production d'une protéine de l'ADN. Cette mutation affecte la production d'une protéine appelée FMRP, qui est essentielle au développement normal du cerveau. Les hommes sont généralement plus gravement touchés que les femmes, car ils ne possèdent qu'un seul chromosome X.

Autres troubles génétiques : Il existe de nombreuses autres maladies génétiques pouvant entraîner un retard mental, telles que le syndrome de Prader-Willi, le syndrome de Williams et le syndrome de Rett. Ces troubles sont généralement causés par des mutations, des délétions ou des duplications de gènes ou de régions chromosomiques spécifiques.

B. Facteurs environnementaux

Exposition prénatale à l'alcool ou aux drogues : Lorsqu'une femme enceinte consomme de l'alcool ou des drogues, le fœtus en développement est également exposé à ces substances. Cette exposition peut avoir des effets néfastes sur le développement du cerveau du bébé, entraînant un retard mental ou d'autres troubles cognitifs.

Infections pendant la grossesse : Certaines infections, comme la rubéole, le cytomégalovirus et la toxoplasmose, peuvent endommager le cerveau du fœtus lorsqu'elles sont contractées par la mère pendant la grossesse. Ces infections peuvent provoquer des lésions cérébrales, entraînant un retard mental ou d'autres lésions neurologiques.

Malnutrition : une mauvaise alimentation de la mère pendant la grossesse peut avoir un impact négatif sur le développement du cerveau du fœtus. Un apport insuffisant en nutriments essentiels, tels que l'iode et l'acide folique, peut entraîner des troubles cognitifs et un retard mental chez l'enfant.

C. Complications pendant l'accouchement

Manque d'oxygène : si le cerveau du bébé ne reçoit pas suffisamment d'oxygène pendant l'accouchement, il peut subir des lésions cérébrales, entraînant un retard mental ou d'autres problèmes neurologiques. Cela peut être dû à des complications telles que des problèmes de cordon ombilical, des problèmes placentaires ou un travail prolongé.

Accouchement prématuré. Plus un bébé naît tôt, plus le risque de déficience cognitive est élevé.

III. Diagnostic du retard mental

Comprendre le retard mental

 L'identification et l'intervention précoces sont essentielles pour améliorer les résultats des personnes handicapées mentales. Le diagnostic implique généralement une évaluation du fonctionnement cognitif et des comportements adaptatifs de la personne.

A. Signes précoces du retard mental

Certains signes précoces de retard mental peuvent inclure des retards dans l'acquisition de compétences motrices, langagières et sociales. Les parents ou les soignants qui constatent de tels retards doivent consulter un pédiatre ou un spécialiste pour une évaluation plus approfondie.

B. Évaluations intellectuelles

Tests de quotient intellectuel (QI) : Les tests de QI sont conçus pour mesurer les capacités cognitives d'une personne, telles que le raisonnement, la résolution de problèmes et la mémoire. Un quotient intellectuel de 70 ou moins, associé à des limitations significatives des comportements adaptatifs, est généralement considéré comme indicatif d'un retard mental.

Évaluations du comportement adaptatif : Les comportements adaptatifs font référence aux compétences pratiques nécessaires à la vie quotidienne, telles que la communication, les soins personnels et l'interaction sociale. Des évaluations telles que l'échelle de comportement adaptatif Vineland et le système d'évaluation du comportement adaptatif permettent d'évaluer ces compétences afin de déterminer le niveau de soutien dont un enfant présentant une déficience intellectuelle peut avoir besoin.

C. Évaluations interdisciplinaires

Une évaluation complète d'une personne soupçonnée d'avoir un retard mental implique souvent une équipe de professionnels, notamment des psychologues, des orthophonistes, des ergothérapeutes et des médecins spécialistes. Ces spécialistes travaillent ensemble pour évaluer le développement cognitif, émotionnel et physique de la personne et élaborer des plans d'intervention appropriés.

IV. Niveaux de déficience intellectuelle

Comprendre le retard mental

 Le handicap cognitif, anciennement appelé retard mental, est classé en quatre niveaux en fonction de la gravité des déficiences cognitives et adaptatives. La classification est généralement déterminée par le score du quotient intellectuel (QI) de l'individu et par sa capacité à effectuer des tâches quotidiennes et à interagir avec les autres. Les quatre niveaux sont les suivants :

Déficience intellectuelle légère :

Les personnes présentant une déficience intellectuelle légère (retard mental léger) ont un QI (quotient intellectuel) compris entre 50 et 70. Elles ont généralement besoin d'un certain soutien dans des domaines spécifiques du fonctionnement adaptatif, tels que les compétences scolaires ou sociales. Toutefois, avec des conseils et un soutien appropriés, elles peuvent souvent atteindre un niveau d'indépendance relativement élevé. De nombreuses personnes souffrant de déficiences intellectuelles légères peuvent apprendre à lire, à écrire et à accomplir des tâches quotidiennes de manière indépendante. Elles peuvent également occuper un emploi et participer à des activités sociales.

Retard mental modéré :

Les personnes atteintes d'une déficience intellectuelle modérée ont un QI (quotient intellectuel) compris entre 35 et 49. Elles ont généralement besoin d'un soutien plus important en ce qui concerne les aptitudes à la vie quotidienne et peuvent avoir besoin d'aide pour la communication, les soins personnels et les tâches professionnelles. Avec un soutien approprié, elles peuvent souvent apprendre à lire, à écrire et à compter et participer à des activités professionnelles et sociales supervisées. Elles peuvent avoir besoin d'une aide supplémentaire pour prendre des décisions et résoudre des problèmes.

Retard mental grave :

Les personnes atteintes d'une déficience intellectuelle grave ont un QI compris entre 20 et 34. Elles ont souvent besoin d'un soutien important dans la plupart des domaines du fonctionnement adaptatif, y compris la communication, les soins personnels et la mobilité. Les personnes souffrant d'une déficience intellectuelle grave peuvent avoir des compétences limitées en matière de communication et avoir recours à des méthodes de communication alternatives, telles que la langue des signes ou des dispositifs de communication améliorée et alternative (CAA). Elles ont généralement besoin d'une supervision et d'un soutien constants pour accomplir les tâches quotidiennes et participer aux activités sociales.

Retard mental grave :

Les personnes souffrant d'un retard mental grave ont un QI inférieur à 20. Elles ont besoin de soins et d'une assistance 24 heures sur 24, car elles sont généralement très limitées sur le plan de la mobilité, de la communication et de l'autonomie.

Les personnes souffrant d'un handicap intellectuel profond dépendent souvent de soignants pour tous les aspects de la vie quotidienne, y compris l'alimentation, l'habillement et l'hygiène personnelle. Elles peuvent avoir des besoins médicaux complexes et nécessiter un plan de soins hautement spécialisé.

Il est essentiel de reconnaître que les enfants atteints de déficience intellectuelle ont des forces, des aptitudes et des capacités uniques, quelle que soit la gravité de leur handicap. En leur fournissant une éducation, un soutien et des adaptations appropriés, on peut les aider à mener une vie épanouissante et à contribuer de manière significative à leur communauté.

V. Soutien aux personnes souffrant d'un retard mental

Comprendre le retard mental

 A. Soutien éducatif

Programmes d'éducation individualisés (PEI) : Les PEI sont des plans éducatifs personnalisés conçus pour répondre aux besoins particuliers des élèves présentant une déficience intellectuelle. Ces plans définissent des objectifs spécifiques, des stratégies et des services de soutien nécessaires à la réussite scolaire et sociale de l'élève.

Classes intensives : l'intégration dans des classes ordinaires, lorsqu'elle est appropriée, peut donner aux personnes présentant des déficiences intellectuelles l'occasion d'apprendre aux côtés de leurs camarades au développement normal, en améliorant les interactions sociales et en favorisant un sentiment d'appartenance.

B. Soutien social

Construire des amitiés et des relations : Encourager les personnes présentant une déficience intellectuelle à nouer des amitiés et à entretenir des relations avec leurs pairs et les membres de leur famille peut améliorer considérablement leur qualité de vie. L'apprentissage des aptitudes sociales et les activités de groupe peuvent contribuer à tisser ces liens.

Encourager la participation à des activités communautaires : La participation à des activités communautaires, telles que le sport, les clubs ou le bénévolat, peut permettre aux personnes handicapées intellectuelles de mettre en pratique leurs compétences sociales et de développer un sentiment d'appartenance à leur communauté.

C. Soutien à l'emploi

Formation professionnelle et accompagnement dans l'emploi : des programmes de formation professionnelle adaptés aux capacités et aux intérêts des personnes handicapées mentales peuvent les aider à acquérir des compétences professionnelles utiles. Les services d'orientation professionnelle peuvent fournir un soutien en cours d'emploi, aidant les personnes à apprendre à s'orienter avec succès sur le lieu de travail.

Programmes d'emploi assisté : Les programmes d'emploi assisté offrent aux personnes souffrant de déficiences intellectuelles légères la possibilité de travailler dans des environnements intégrés avec l'aide d'un coach professionnel ou d'une équipe de soutien. Ces programmes facilitent la transition vers un emploi compétitif et favorisent la réussite professionnelle à long terme.

VII. Conclusion

Les personnes présentant une déficience intellectuelle ont des forces et des capacités uniques qui doivent être reconnues et célébrées. Avec une éducation, un soutien et une compréhension continus, elles peuvent mener une vie épanouissante et pleine de sens. En reconnaissant leur potentiel et en leur fournissant les ressources appropriées, nous pouvons créer une société inclusive qui valorise la contribution de chaque individu, quelles que soient ses capacités cognitives.

 

Contenu original de l'équipe de rédaction d'Upbility. La reproduction de cet article, en tout ou en partie, sans crédit à l'éditeur est interdite.

Vous pouvez également lire 

Matériel sur l’autisme:

Article précédent Enfants autistes : 10 atouts surprenants à connaître
Articles suivant Motricité globale : Un guide complet