Passer au contenu
Le-syndrome-de-Wilson-un-guide-complet

Le syndrome de Wilson : un guide complet

Le syndrome de Wilson, une maladie génétique rare qui affecte le métabolisme du cuivre, est souvent mal compris et mal diagnostiqué. Cette maladie, bien que gérable lorsqu'elle est détectée tôt, peut avoir de graves conséquences si elle n'est pas traitée. L'objectif de ce billet est de fournir une vue d'ensemble du syndrome de Wilson, y compris les symptômes, le diagnostic, les options de traitement et l'importance de la sensibilisation à cette maladie.

La maladie de Wilson est une maladie génétique rare qui touche environ 1 personne sur 30 000 à 1 personne sur 40 000 dans le monde. La maladie se transmet selon le mode autosomique récessif, ce qui signifie que les deux parents doivent être porteurs du gène muté pour qu'un enfant développe la maladie. Bien que l'incidence de la maladie de Wilson puisse varier d'une population à l'autre, elle reste généralement une maladie rare dans le monde.

le syndrome de wilson

 

A. Définition et explication du trouble

Le syndrome de Wilson, également connu sous le nom de dégénérescence hépato-endocrinienne, est une maladie héréditaire rare caractérisée par l'accumulation de cuivre dans l'organisme, en particulier dans le foie et le cerveau. L'accumulation excessive de cuivre entraîne des lésions tissulaires et divers symptômes neurologiques et psychiatriques. Cette maladie est due à des mutations du gène ATP7B, responsable de la production d'une protéine qui aide à réguler la distribution et l'excrétion du cuivre dans l'organisme.

B. Le rôle du cuivre dans l'organisme

Le cuivre est un oligo-élément essentiel qui joue un rôle primordial dans diverses fonctions de l'organisme, telles que la formation des globules rouges, le maintien des cellules nerveuses et le développement des tissus conjonctifs. Chez les personnes en bonne santé, l'excès de cuivre est éliminé par le foie. Toutefois, chez les personnes atteintes du syndrome de Wilson, le gène ATP7B muté empêche l'organisme d'éliminer l'excès de cuivre, ce qui entraîne une accumulation de substances toxiques à un niveau potentiellement mortel.

C. Facteurs génétiques contribuant au syndrome de Wilson

La maladie de Wilson est une maladie autosomique récessive, ce qui signifie qu'une personne doit hériter de deux copies du gène muté (une de chaque parent) pour développer la maladie. Les parents porteurs d'un gène muté sont appelés porteurs et ne présentent généralement aucun signe ou symptôme. Cependant, ils ont 25 % de chances d'avoir un enfant atteint du syndrome de Wilson si les deux parents sont porteurs.

Symptômes et diagnostic de la maladie de Wilson

A. Signes précoces et symptômes à surveiller

Les signes et les symptômes du syndrome de Wilson peuvent varier considérablement d'un individu à l'autre et commencent souvent à se manifester entre 6 et 45 ans. Les premiers symptômes peuvent être les suivants

  • Fatigue et faiblesse
  • Jaunisse (jaunissement de la peau et des yeux)
  • Douleur et gonflement de l'abdomen
  • Douleur et raideur des articulations
  • Perte de poids inexpliquée

La plupart des personnes atteintes présentent initialement un léger déclin cognitif et une maladresse, ainsi que des changements de comportement. Au fur et à mesure que la maladie progresse, des symptômes neurologiques et psychiatriques plus graves peuvent apparaître, tels que

  • la terreur
  • Difficultés d'élocution et de déglutition
  • Démarche instable
  • Changements de personnalité
  • Dépression et anxiété

Environ la moitié des personnes atteintes de la maladie de Wilson ont des problèmes neurologiques ou psychiatriques. 

B. L'évolution du syndrome de Wilson

Si elle n'est pas traitée, la maladie de Wilson peut entraîner des lésions hépatiques graves, notamment une cirrhose et une insuffisance hépatique. En outre, l'accumulation excessive de cuivre dans le cerveau peut entraîner des symptômes neurologiques débilitants, qui peuvent devenir irréversibles avec le temps. Un diagnostic et un traitement précoces sont essentiels pour prévenir ou minimiser ces complications.

C. Tests et procédures de diagnostic

Le diagnostic du syndrome de Wilson peut être difficile à établir en raison de la diversité de ses symptômes et de sa rareté. Cependant, plusieurs tests et procédures diagnostiques peuvent aider à confirmer le diagnostic, notamment

Des analyses de sang : Ces tests mesurent les taux de cuivre et de kérouloplasmine (une protéine liant le cuivre) dans le sang. Une diminution du taux de céruloplasmine et une augmentation du taux de cuivre libre indiquent un syndrome de Wilson.

Test de cuivre dans les urines de 24 heures : Ce test mesure la quantité de cuivre excrétée dans l'urine sur une période de 24 heures. Des taux élevés de cuivre dans l'urine sont compatibles avec le syndrome de Wilson.

Biopsie du foie : un petit échantillon de tissu hépatique est prélevé et analysé pour détecter la présence d'un excès de cuivre.

Test génétique : Ce test permet d'identifier les mutations du gène ATP7B et de confirmer le diagnostic chez les personnes ayant des antécédents familiaux ou un tableau clinique évocateur. 

Puis-je hériter de la maladie de Wilson ? 

Vous pouvez hériter de la maladie de Wilson si vos deux parents sont porteurs du gène muté ATP7B. La maladie de Wilson est une maladie autosomique récessive, ce qui signifie que vous devez hériter de deux copies du gène muté (une de chaque parent) pour développer la maladie. Si les deux parents sont porteurs, chacun possède un gène muté et un gène normal. Ils ne présentent généralement aucun signe ou symptôme de la maladie.

Pour chaque enfant de parents porteurs, il y en a un :

  • 25 % de chances d'hériter de deux gènes mutés et de développer la maladie de Wilson
  • 50 % de chances d'hériter d'un seul gène muté, ce qui fait de l'enfant un porteur comme ses parents
  • 25 % de chances d'hériter d'aucun gène muté et de ne pas être atteint. 

Traitement et prise en charge de la maladie de Wilson 

A. Options de traitement conventionnel

1. Les médicaments : Le principal traitement du syndrome de Wilson fait appel à des médicaments appelés agents chélateurs, tels que la pénicillamine ou la trentine. Ces médicaments lient le cuivre, facilitant ainsi son élimination de l'organisme par l'urine. Dans certains cas, de l'acétate de zinc peut également être prescrit pour empêcher l'absorption du cuivre par l'alimentation.

2. Procédures chirurgicales : Dans les cas graves où le foie est très endommagé, une transplantation hépatique peut s'avérer nécessaire. Cette procédure consiste à remplacer le foie endommagé par un foie sain provenant d'un donneur.

B. Modifications du mode de vie pour soutenir le traitement

Régime alimentaire : Un régime pauvre en cuivre est recommandé pour les personnes atteintes de la maladie de Wilson. Les aliments riches en cuivre, tels que les crustacés, le foie, les noix, le chocolat et les champignons, doivent être limités ou évités. Un diététicien agréé peut fournir des conseils personnalisés sur les modifications alimentaires appropriées.

L'exercice physique : Une activité physique régulière peut contribuer à améliorer l'état de santé général et le bien-être. Cependant, les personnes atteintes du syndrome de Wilson doivent consulter leur prestataire de soins de santé avant d'entreprendre un programme d'exercices pour s'assurer qu'il est sûr et approprié.

Gestion du stress : Des techniques efficaces de gestion du stress, telles que la méditation de pleine conscience, le yoga ou des exercices de respiration profonde, peuvent aider à soulager le stress et à améliorer le bien-être émotionnel.

C. Regarder

Les personnes atteintes de la maladie de Wilson doivent impérativement être suivies régulièrement par des professionnels de la santé. Ces rendez-vous permettent de contrôler en permanence les taux de cuivre, la fonction hépatique et les symptômes neurologiques afin de s'assurer de l'efficacité du traitement et de procéder aux ajustements nécessaires. 

Que faut-il éviter de manger en cas de maladie de Wilson ? 

Si vous êtes atteint de la maladie de Wilson, il est important de suivre un régime pauvre en cuivre afin d'éviter que le cuivre ne s'accumule davantage dans votre organisme. Voici quelques aliments à limiter ou à éviter en raison de leur teneur élevée en cuivre :

  • Le foie et les abats : ils sont particulièrement riches en cuivre et doivent être évités.
  • Mollusques et crustacés : Les huîtres, les moules, les palourdes, le homard et le crabe ont une teneur élevée en cuivre et doivent être limités ou évités.
  • Noix et graines : Les amandes, les noix de cajou, les graines de tournesol et les cacahuètes contiennent des quantités importantes de cuivre. Choisissez avec modération des alternatives à faible teneur en cuivre, telles que les noix ou les graines de citrouille.
  • Le chocolat : Le cacao en poudre et le chocolat contiennent des quantités importantes de cuivre. Limitez donc votre consommation ou optez pour des substituts à faible teneur en cuivre.
  • Fruits secs : Les pruneaux, les raisins secs et les abricots sont riches en cuivre. Optez plutôt pour des fruits frais comme les pommes, les bananes et les baies.
  • Privilégiez les céréales complètes et le son : Ils peuvent avoir une teneur élevée en cuivre. Les céréales peuvent être riches en cuivre. 

Vivre avec le syndrome de Wilson.

Vivre avec le syndrome de Wilson

A. Défis émotionnels et psychologiques

Vivre avec le syndrome de Wilson peut être difficile car il peut affecter de multiples aspects de la vie d'une personne, y compris son bien-être physique, émotionnel et social. Il est important d'aborder les sentiments d'anxiété, de dépression ou d'isolement qui peuvent survenir en raison de la maladie. Les professionnels de la santé mentale, tels que les thérapeutes ou les conseillers, peuvent apporter un soutien précieux et des ressources pour relever ces défis.

B. Établir un réseau de soutien

Un réseau de soutien solide est vital pour les personnes vivant avec le syndrome de Wilson. Les contacts avec des amis, des membres de la famille, des professionnels de la santé et des groupes de soutien peuvent apporter un soutien émotionnel, des conseils pratiques et un sentiment d'appartenance à la communauté. Les forums en ligne et les plateformes de réseautage social peuvent également aider les personnes à entrer en contact avec d'autres personnes qui partagent des expériences similaires.

C. Histoires inspirantes de personnes vivant avec la maladie

De nombreuses personnes atteintes du syndrome de Wilson ont surmonté les difficultés liées à la maladie et mènent une vie épanouie. Ces histoires peuvent être une source d'espoir et d'inspiration pour d'autres personnes confrontées à des obstacles similaires. Apprendre de l'expérience des autres peut aider les individus à développer des stratégies d'adaptation efficaces et à maintenir un état d'esprit positif.

Le syndrome de Wilson est une maladie génétique rare et complexe qui nécessite un diagnostic précoce et un traitement rapide pour éviter de graves complications. En comprenant les symptômes, le diagnostic et les options de traitement de la maladie, les personnes affectées et leurs familles peuvent mieux gérer la maladie et maintenir une qualité de vie élevée. La sensibilisation et le soutien aux efforts de recherche sont des étapes essentielles pour améliorer la vie des personnes touchées par le syndrome de Wilson.

Contenu original de l'équipe de rédaction d'Upbility. La reproduction de cet article, en tout ou en partie, sans mention de l'éditeur est interdite. 

Vous pouvez également lire 

Matériel sur l’autisme:

Article précédent Problèmes de comportement. Un guide complet de prise en charge