Identifier des troubles de l’apprentissage en classe

janvier 16, 2018

Identifier des troubles de l’apprentissage en classe

Quelques caractéristiques parfois inaperçues des difficultés d’apprentissage

Rae Jacobson

 

Les enseignants sont souvent les premiers à remarquer chez un enfant un possible trouble de l’apprentissage. Parfois, les signes sont simples à identifier : l’absence de progrès en lecture, par exemple, ou encore l’incapacité de maîtriser les tables de multiplication, malgré des efforts manifestes. Cependant, les indices ne sont pas toujours aussi clairs. Nombreux sont les enfants qui, gênés d’éprouver des difficultés à faire des choses qui paraissent simples pour les autres, se donnent du mal pour cacher leurs problèmes.

Dans l’article qui suit, sont présentés quelques indices de difficultés d’apprentissage que l’on ne remarque pas toujours, mais qu’il convient d’observer en classe.

 

Des résultats qui ne semblent pas à la hauteur du potentiel de l’enfant

On remarque parfois qu’un élève qui semble capable de réussir ne réussit pas, dans une matière particulière ou dans l’ensemble des cours. Ce peut être le signe d’un trouble de l’apprentissage.

On parle d’écart entre les capacités et les compétences, c’est-à-dire entre ce qu’un élève paraît capable de faire et ce qu’il peut réellement accomplir.

Cet écart peut se manifester de différentes manières. Vous pouvez par exemple observer :

- Un élève qui excelle en rédaction mais qui éprouve de réelles difficultés à résoudre des exercices simples de mathématiques, et vice versa.

- Un enfant qui répond très bien aux questions en classe mais qui ne peut pas formuler ses réponses par écrit.

- Un élève dont l’intelligence, manifeste lorsqu’on lui parle, ne transparaît pas dans ses bulletins.

 

Des efforts insuffisants

On a souvent l’impression que les enfants qui n’obtiennent pas les résultats attendus à l’école sont paresseux ou pas assez appliqués ; pourtant, la cause réside parfois dans un trouble de l’apprentissage. Des adultes qui en sont atteints se souviennent qu’avant que leur problème n’ait été identifié, on ne cessait de leur répéter qu’ils ne faisaient pas assez d’efforts. Un enfant qui semble paresseux fournit parfois beaucoup d’efforts mais en vain, ou il essaie de cacher un défaut dont il a honte.

 

Une tendance à « être ailleurs »

S’il faut sans cesse rappeler à un élève ce qu’il doit faire, on peut avoir l’impression qu’il n’est pas attentif. Pourtant, il peut s’agir d’un indice qu’il a un problème de « mémoire de travail » – la mémoire qui consiste à retenir une nouvelle information, à la traiter et à s’en servir. Il s’agit là d’un problème courant chez les enfants qui ont des troubles de l’apprentissage. 

On veillera à observer les indices suivants :

- des difficultés à suivre les consignes, surtout si l’élève entend l’information pour la première fois ou s’il y a plusieurs étapes à retenir ;

- une tendance à la rêverie ;

- des difficultés à copier ce qui est écrit au tableau ;

- des difficultés à se rappeler les exercices demandés et à les faire correctement.

 

Une tendance à se cacher…

Les élèves qui ont des troubles de l’apprentissage essaient souvent de cacher leurs problèmes à leurs condisciples et à leurs enseignants. Même s’ils parviennent, grâce à des efforts supplémentaires, à suivre le travail scolaire, cela peut affecter leur confiance en eux. Si un élève paraît excessivement timide en classe, soit qu’il reste en retrait lors des travaux de groupe, soit qu’il s’assoie au fond de la classe ou qu’il évite à tout prix d’être interrogé, il se peut qu’il essaie de dissimuler ses difficultés.

 

… ou à se faire remarquer

Il faut se souvenir que cacher ne prend pas toujours la forme que l’on attendrait. Au contraire, alors que certains enfants se font tout petits, en espérant qu’on ne les remarquera pas, d’autres attirent l’attention, détournant les regards de leurs difficultés. Ils deviennent les clowns de la classe, se montrent provocants ou font semblant d’être « trop cool » pour s’inquiéter de leur parcours scolaire.

 

Des devoirs non faits ou remis en retard

Les élèves qui présentent des troubles de l’apprentissage ont souvent des difficultés à remettre leurs devoirs, ou à les rendre à temps. Les raisons en sont variables :

- Certains se sentent gênés de remettre un travail inexact ou inachevé.

- S’ils ont des problèmes de mémoire et d’organisation, ils peuvent oublier qu’un devoir a été demandé.

- Il arrive aussi que les devoirs soient perdus – même s’ils ont été faits, encore doivent-ils être apportés à l’école.  

Chaque enfant est susceptible ne pas remettre un devoir de temps en temps, mais si cela arrive régulièrement, il faut essayer de comprendre d’où vient le problème.

 

Des problèmes de gestion du temps

Les enfants qui souffrent de troubles d’apprentissage éprouvent souvent des difficultés à gérer leur temps, à suivre les transitions et à s’organiser. Celles-ci peuvent causer des problèmes à l’école comme à la maison. Elles se manifestent notamment comme suit :

- L’enfant prend toujours « trop de temps » à finir ce qu’on lui demande, qu’il s’agisse de compléter un exercice ou de mettre ses chaussures après un cours de gymnastique.

- Ses parents signalent que ses devoirs lui prennent des heures, la nuit.

- Il est régulièrement en retard à l’école (par exemple parce qu’il manque systématiquement le bus), ou il doit se dépêcher pour passer d’une classe à l’autre.

 

Une angoisse liée aux interrogations

La plupart des enfants sont un peu stressés lors des interrogations, mais si un élève présente une anxiété particulièrement marquée, ce peut être un indice qu’il souffre d’un trouble de l’apprentissage. Voici quelques situations auxquelles il convient de prêter attention :

- un élève qui expédie régulièrement la fin de son interrogation pour terminer à l’heure ou qui dépasse le temps imparti, malgré les rappels ;

- un élève qui est toujours le dernier à achever un travail pour lequel une limite de temps a été donnée ;

- une écriture très peu soignée ;

- un stress important avant les interrogations ;

- un élève en échec à de nombreuses interrogations, malgré le fait qu’il étudie.

 

Une forte émotivité

L’école peut être émotionnellement éprouvante pour les élèves qui ont des troubles d’apprentissage. Les difficultés à se maintenir au niveau de leurs condisciples et le retard accumulé dans le travail scolaire sont parfois accablants.

- Ces enfants éprouvent souvent de la gêne, de la honte, et ils ont peu de confiance en eux. Quand un élève se dénigre et semble régulièrement déprimé ou frustré à l’école, un trouble de l’apprentissage non diagnostiqué peut en être la cause.

- Les enfants en difficulté d’apprentissage peuvent développer une forte angoisse liée à l’école, et ce, plus particulièrement si leur trouble n’a pas été diagnostiqué, car ils ne comprennent pas pourquoi ils sont en retard par rapport à leurs condisciples.

- De plus, l’autorégulation est souvent difficile pour ces enfants : ils manquent des outils nécessaires à la gestion de leurs émotions et sont facilement « dépassés », ce qui peut mener à des crises. Citons par exemple le cas d’un enfant qui s’énerve quand on lui demande de rester assis sur sa chaise, ou qui pleure quand on lui dit d’essayer de faire un exercice difficile.

 

Des stratégies d’évitement

Les élèves qui présentent des troubles de l’apprentissage peuvent multiplier les stratégies pour éviter des situations susceptibles de provoquer leur anxiété ou leur stress. On peut ainsi observer :

- des absences excessives,

- des « maladies » qui les forcent à rester à la maison les jours d’interrogation ou de travaux importants,

- le refus de participer à des activités qui représentent un défi,

- des demandes fréquentes pour aller aux toilettes ou à l’infirmerie lorsqu’ils sont confrontés à des interrogations ou à des travaux stressants,

- l’école buissonnière.

Aider les élèves en difficulté d’apprentissage à obtenir l’attention et le soutien dont ils ont besoin pour se sentir mieux et obtenir de meilleurs résultats leur sera bénéfique pour les années à venir, à l’école comme ailleurs.

 

Source : 

Jacobson Rae, « Tips for Recognizing Learning Disorders in the Classroom », sur Child Mind Institute (dernière consultation le 10 janvier 2018).

 


 

Les capacités de perception visuelle pour les enfants dyslexiques | ENSEMBLE DE 7 EBOOK. Cet ensemble de 7 eBooks comprend 1000 pages d’exercices et d’activités assortis de la théorie correspondante. Avec ses belles couleurs et son format pratique, il constitue une ressource idéale pour les enseignants spécialisés, les ergothérapeutes, les orthophonistes, les parents et les instituteurs ou institutrices qui veulent aider les enfants à développer leurs compétences.


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.

Nouveautés et mises à jour

Pourquoi choisir des eBooks ?

Du matériel spécialisé disponible sur votre ordinateur en un seul clic !

- Nos eBooks sont respectueux de l’environnement et conçus expressément pour que seule une partie de leur contenu nécessite d’être imprimée.

- Vous pouvez acquérir les eBooks n’importe où, n’importe quand et les télécharger sur le support de votre choix. - L’utilisation des eBooks est très flexible, car ils se composent de pages d’exercices conçues spécialement pour être imprimées.

- Le matériel numérique de notre bibliothèque est sans cesse renouvelé : chaque titre s’enrichit au fil des ans de nouvelles activités et pages d’exercices.

 

Nouveautés et mises à jour