Consultez nos offres ! Cliquez ici

OFFRE SPÉCIALE

10% de remise sur la série "Situations sociales Flip Cards"

3RE9W4HYS

Angoisse de Séparation : Signes, Traitement et Stratégies d'Adaptation

Angoisse de Séparation : Signes, Traitement et Stratégies d'Adaptation

Être témoin de la grande détresse d’un enfant lors des séparations ou, en tant qu’adulte, ressentir une anxiété excessive lorsqu’il est séparé de ses proches n’est pas seulement un défi ; il pourrait s’agir d’une angoisse de séparation chez les bébés. Cette angoisse de séparation peut également être observée chez les tout-petits, notamment ceux âgés de 6 à 9 mois. À cet âge, il est important de proposer des activités adaptées et de suivre des conseils spécifiques pour aider à gérer cette période difficile. Les bébés peuvent manifester cette angoisse par des pleurs intenses, des crises de colère ou un refus de se séparer de leurs parents.

Plus qu’une simple inquiétude, il s’agit d’un trouble qui peut bouleverser une vie. Notre article se penche sur la complexité de la question et fournit des informations essentielles sur l’identification des symptômes et les moyens pratiques de les gérer. Que vous soyez confronté à l’anxiété de séparation chez l’enfant ou chez l’adulte, découvrez les stratégies qui vous permettront d’améliorer votre qualité de vie, en commençant ici même.

Principaux enseignements

  • L’anxiété de séparation est une étape normale du développement de l’enfant, mais au-delà de certains âges ou contextes de développement, une peur et une détresse persistantes et excessives peuvent être le signe d’un trouble de l’anxiété de séparation, qui peut avoir de graves conséquences à long terme s’il n’est pas traité.
  • Le trouble d’anxiété de séparation est complexe et multiforme, résultant d’une combinaison de prédispositions génétiques, de facteurs de stress environnementaux et de la dynamique familiale, y compris les styles parentaux et les expériences d’attachement de l’enfant.
  • Les enfants peuvent manifester de l’anxiété envers les étrangers, ce qui est une réaction développementale normale. Cependant, lorsque cette anxiété devient excessive et persistante, elle peut indiquer un trouble d’angoisse de séparation. Le traitement complet de ce trouble comprend une thérapie cognitivo-comportementale (TCC), éventuellement complétée par des médicaments (souvent des ISRS) et des interventions familiales, le tout adapté aux besoins individuels de l’enfant, à son âge et à la gravité de ses symptômes.

Reconnaître l'anxiété de séparation : Normal ou trouble ?

L'anxiété de séparation : Signes, traitement et stratégies d'adaptation

L’anxiété de séparation est un stade de développement courant chez les enfants, caractérisé par une détresse lorsqu’ils sont séparés de leurs parents ou des personnes qui s’occupent d’eux. Cette détresse est souvent liée à la reconnaissance des visages familiers, ce qui aide l’enfant à se sentir en sécurité. La familiarité et la reconnaissance des visages sont cruciales pour le bébé, car elles renforcent le lien et la présence des parents même en leur absence. Les enfants peuvent également percevoir les nouveaux environnements comme des milieux étrangers, ce qui peut contribuer à leur angoisse de séparation. Par exemple, un enfant peut ressentir de l'anxiété lorsqu'il est emmené dans un endroit inconnu ou lorsqu'il perçoit l'eau comme un milieu étranger. Il s’agit d’une étape normale de la croissance, qui commence souvent avant le premier anniversaire de l’enfant et qui disparaît généralement vers l’âge de trois ans. Cependant, lorsque l’anxiété persiste au-delà de cet âge ou se produit à un âge ou dans un contexte inapproprié, elle peut suggérer un diagnostic de trouble d’anxiété de séparation.

Le diagnostic de trouble d’anxiété de séparation est posé lorsque la peur ou l’anxiété ressentie par l’enfant est excessive par rapport à son âge de développement et qu’elle interfère de manière significative avec ses activités quotidiennes. Il est essentiel de faire la différence entre l’anxiété de séparation normale et le trouble d’anxiété de séparation, car cela permet d’apporter à l’enfant un soutien et un traitement adaptés.

L'anxiété de séparation normale

L’anxiété de séparation normale fait partie intégrante du développement de l’enfant et peut souvent être observée dès son plus jeune âge, notamment chez les bébés qui manifestent des signes d'anxiété de séparation par des pleurs, des cris et une agitation lorsqu'ils sont éloignés de leurs parents. On pense que cette forme d’anxiété chez l’enfant a une raison d’être évolutive, car elle permet de survivre en assurant la sécurité de l’enfant.

Les indicateurs courants d’une anxiété de séparation normale sont les maux de tête, les maux d’estomac ou d’autres symptômes physiques lorsque l’enfant s’attend à être séparé d’un parent ou d’un être cher. Cependant, lorsque ces symptômes d’anxiété de séparation deviennent excessifs et inappropriés sur le plan du développement, cela peut indiquer une transition entre l’anxiété de séparation normale et le trouble d’anxiété de séparation.

Le trouble de l'angoisse de séparation

Le trouble anxieux de la séparation est un problème émotionnel important marqué par une détresse grave lorsqu’un enfant est séparé de la personne qui s’occupe de lui. La figure maternelle joue un rôle crucial dans le développement de l'angoisse de séparation, car l'enfant dépend fortement de la mère pour son bien-être émotionnel. Le principal facteur de stress est la séparation de l’enfant d’avec sa figure d’attachement, ce qui entraîne la crainte qu’un mal soit fait à un être cher en l’absence de l’enfant.

Pour diagnostiquer le trouble d’anxiété de séparation, il faut évaluer si l’anxiété de l’enfant est inadaptée à son développement et si elle provoque une détresse importante dans ses activités quotidiennes. S’il n’est pas traité, le trouble d’anxiété de séparation peut entraîner des complications à long terme, comme le développement d’un trouble panique et d’autres troubles anxieux à l’âge adulte.

Causes et facteurs de risque du trouble d'anxiété de séparation 

L'anxiété de séparation : Signes, traitement et stratégies d'adaptation

La compréhension des causes et des facteurs de risque du trouble d’anxiété de séparation joue un rôle essentiel dans l’élaboration de plans de prévention et de traitement efficaces. Les grands-parents font partie des personnes familières qui apportent sécurité et réconfort au bébé, contribuant ainsi à son bien-être émotionnel. Ce trouble est multifactoriel et résulte d’une combinaison de facteurs génétiques, environnementaux et familiaux.

Si la génétique peut prédisposer un individu au trouble anxieux de la séparation, des facteurs environnementaux tels que les facteurs de stress de la vie et les changements d’environnement peuvent déclencher l’apparition du trouble. La dynamique familiale, y compris les styles parentaux et les relations familiales, peut également avoir un impact significatif sur le développement du trouble d’anxiété de séparation.

Facteurs génétiques

Les études indiquant un modèle familial suggèrent que les facteurs génétiques ont un impact significatif sur le développement du trouble d'anxiété de séparation. Cette composante génétique, combinée à l'influence des facteurs environnementaux, contribue à la complexité de ce trouble.

Les études de jumeaux apportent des preuves supplémentaires des influences génétiques sur le trouble anxieux de séparation, en montrant des influences génétiques légères à modérées sur ce trouble et sur d'autres mesures de l'anxiété chez l'enfant et l'adolescent.

Facteurs environnementaux

Outre les facteurs génétiques, les éléments environnementaux contribuent de manière significative au développement du trouble d’anxiété de séparation. Les événements stressants de la vie et les changements d’environnement, tels que les déménagements ou la transition vers de nouveaux établissements d’enseignement, peuvent avoir une influence notable sur l’apparition du trouble.

En particulier, des expériences traumatisantes telles qu’un divorce, une maladie ou un décès dans la famille peuvent déclencher un trouble d’anxiété de séparation, provoquant d’intenses sentiments d’insécurité et la peur de perdre des êtres chers. En outre, des conditions environnementales défavorables, en particulier des pratiques parentales négatives, peuvent contribuer à l’apparition du trouble. Il est important de noter que le trouble d’anxiété sociale est une pathologie différente et ne doit pas être confondu avec le trouble d’anxiété de séparation. Tout le monde commence à reconnaître les visages et à distinguer entre leurs parents et les inconnus, ce qui peut expliquer pourquoi les enfants deviennent subitement intimidés en présence de personnes étrangères.

Dynamique familiale

Le développement du trouble d'anxiété de séparation est largement influencé par la dynamique familiale. Des styles parentaux différents peuvent influencer le sentiment de sécurité et de stabilité de l'enfant, ce qui peut entraîner l'apparition du trouble.

Les relations familiales jouent également un rôle crucial, les représentations instables des parents entraînant la crainte de perdre l'amour parental ou d'être abandonné en cas de tentative de séparation. En outre, le style d'attachement anxieux-ambivalent, qui résulte souvent d'un lien insécurisant, est fréquemment lié au trouble d'anxiété de séparation.

Identifier les symptômes du trouble d'anxiété de séparation 

L'anxiété de séparation : Signes, traitement et stratégies d'adaptation

L’identification des symptômes du trouble d’anxiété de séparation marque la première étape de la recherche d’une aide et d’un traitement appropriés. Les tout-petits peuvent également manifester des symptômes d’anxiété de séparation, souvent par des pleurs intenses ou des crises de colère lorsqu’ils sont séparés de leurs parents. Pour aider à surmonter cette anxiété, des activités telles que cacher et montrer le visage des parents peuvent renforcer le lien et la présence même en leur absence. Ces symptômes peuvent être classés en trois grandes catégories : les symptômes émotionnels, les symptômes physiques et les symptômes liés à l’école, comme l’indique le manuel diagnostique et statistique.

Les symptômes émotionnels et physiques englobent une anxiété intense ou prolongée en prévision de la séparation d’avec un être cher, tandis que les symptômes de l’enfant tels que les maux de ventre, les maux de tête, les vertiges et les nausées sont également fréquents. Les symptômes liés à l’école peuvent avoir un impact sur la capacité de l’enfant à se concentrer sur les tâches scolaires, ce qui entraîne des problèmes de mémoire et de fonctions cognitives, ainsi qu’une baisse des résultats scolaires.

Symptômes émotionnels

Les symptômes émotionnels du trouble d'anxiété de séparation, qui fait partie des troubles mentaux, comprennent une détresse répétitive et extrême liée à l'attente ou à l'éloignement de la maison ou des êtres chers. Il peut en résulter une inquiétude persistante et excessive quant à la possibilité de perdre un parent ou une personne qui s'occupe de l'enfant.

Dans les cas de trouble d'anxiété de séparation, la peur peut se manifester par une anxiété intense ou prolongée et des crises de panique, dues à la crainte d'être séparé d'un être cher ou d'une personne qui s'occupe de l'enfant. La fréquence et l'intensité de ces symptômes émotionnels peuvent varier d'une personne à l'autre. Ils se caractérisent souvent par une agitation intérieure et une crainte de la séparation anticipée. Il est important de différencier ce trouble de l'anxiété généralisée, qui présente un éventail plus large de déclencheurs et n'est pas uniquement axé sur la séparation.

 

a-la-decouverte-de-moi-meme-manuel-de-psychotherapie parle-moi-un-outil-didactique-et-therapeutique

Symptômes physiques

Les symptômes physiques du trouble d'anxiété de séparation comprennent des maux de tête et des maux d'estomac, qui sont souvent signalés par les enfants lorsqu'ils sont confrontés à la perspective d'être séparés d'un parent ou d'un être cher. Ces symptômes sont dus à une détresse récurrente et excessive liée à l'anticipation ou à l'éloignement de la maison ou des êtres chers.

Les troubles du sommeil sont un autre symptôme physique du trouble d'anxiété de séparation, ce qui suggère que l'influence du trouble s'étend au-delà des préoccupations diurnes.

Problèmes liés à l'école

Le trouble d'anxiété de séparation peut avoir un impact significatif sur les résultats scolaires de l'enfant. Les enfants diagnostiqués avec ce trouble peuvent rencontrer les problèmes suivants

  • une anxiété sévère ou prolongée qui les empêche d'aller régulièrement à l'école
  • des symptômes tels que des crises de panique, des maux d'estomac et des maux de tête
  • absences fréquentes de l'école
  • perturbation de l'implication dans les études

En outre, le trouble d'anxiété de séparation peut nuire aux interactions sociales de l'enfant à l'école, car il a tendance à éviter ses pairs et à éprouver de la détresse lorsqu'il est séparé de son foyer ou de ses figures d'attachement de manière inattendue. Diverses situations scolaires, telles que le passage d'une école à l'autre, l'expérience d'événements stressants ou la participation à des activités spécifiques en classe, sont susceptibles de déclencher ou d'exacerber l'anxiété de séparation chez l'enfant.

Options thérapeutiques pour le trouble d'anxiété de séparation

L'anxiété de séparation : Signes, traitement et stratégies d'adaptation

Une stratégie globale pour traiter le trouble d'anxiété de séparation implique une combinaison de thérapie cognitivo-comportementale, de médicaments et d'interventions familiales. Le plan de traitement spécifique est adapté aux besoins de l'individu et tient compte de la gravité des symptômes et de l'âge de l'enfant.

Pour le traitement initial du trouble d'anxiété de séparation, la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est largement recommandée. Si nécessaire, des médicaments, tels que les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), peuvent être prescrits pour gérer les symptômes. Les interventions familiales, y compris l'éducation, le soutien et l'encouragement, peuvent également être bénéfiques, en particulier dans les cas de trouble anxieux de séparation léger.

Thérapie cognitivo-comportementale (TCC)

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est largement considérée comme une option thérapeutique très efficace pour le trouble anxieux de séparation, principalement en raison de son efficacité et du risque minime d'effets indésirables. La thérapie implique à la fois les parents et les enfants et vise à aider l'enfant à adopter des réponses constructives à l'anxiété.

Le programme de TCC recommandé pour le trouble d'anxiété de séparation comprend généralement 10 à 15 séances ambulatoires. Les parents peuvent tirer profit de l'acquisition de techniques parentales supplémentaires au cours de la TCC, qui joue un rôle essentiel dans le renforcement des progrès de l'enfant et la création d'un environnement favorable à la prise en charge de l'anxiété.

Les médicaments

Les médicaments entrent en jeu lorsqu'il s'agit de contrôler les symptômes du trouble d'anxiété de séparation. Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) tels que le Prozac (fluoxétine), l'Anafranil (clomipramine) et la sertraline sont couramment prescrits pour ce trouble.

Ces médicaments agissent en augmentant les niveaux de sérotonine dans le cerveau, ce qui permet de traiter efficacement les symptômes du trouble d'anxiété de séparation. Cependant, les ISRS peuvent entraîner des effets indésirables tels que :

  • Insomnie
  • Modification de l'appétit
  • Problèmes gastro-intestinaux
  • Sécheresse buccale
  • Maux de tête
  • Occasionnellement, des complications plus graves.

Interventions familiales

Dans le cas d'un enfant souffrant d'un trouble d'anxiété de séparation, les interventions familiales peuvent contribuer à réduire les symptômes et à apaiser l'anxiété. La thérapie familiale consiste à apprendre à l'enfant à reconnaître les sentiments d'anxiété et les symptômes physiques associés et à aider les enfants et les parents à apprendre des méthodes pour modifier les pensées et les comportements improductifs.

Les parents peuvent aider leur enfant pendant le traitement du trouble d'anxiété de séparation en établissant des rituels d'adieu rapides, en restant cohérents, en offrant toute leur attention, en montrant de l'affection et en apportant un soutien calme. La mise en place d'une routine quotidienne régulière, l'utilisation d'un recadrage positif et la communication avec le thérapeute de l'enfant sont des stratégies bénéfiques pour comprendre et atténuer les impacts du trouble d'anxiété de séparation, ainsi que pour aider à prévenir le trouble d'anxiété de séparation à l'avenir.

Stratégies d'accompagnement des enfants souffrant de troubles d'anxiété de séparation

L'anxiété de séparation

Pour soutenir un enfant souffrant d'un trouble d'anxiété de séparation, il est nécessaire d'appliquer des stratégies à la maison, à l'école et dans le développement de mécanismes d'adaptation. Ces stratégies visent à améliorer la résilience de l'enfant et à réduire les symptômes d'anxiété, améliorant ainsi son bien-être général.

À la maison, il peut être bénéfique d'établir une routine cohérente, de pratiquer les adieux avec une personne de confiance et d'enseigner des techniques de relaxation. À l'école, la création d'un espace réconfortant, la facilitation de la communication avec la maison, la diffusion de messages rassurants et le soutien lors des interactions avec les pairs peuvent être d'une grande aide pour l'enfant. En outre, aider l'enfant à développer des compétences d'adaptation, telles que des exercices de relaxation ou des interactions sociales, peut également s'avérer très bénéfique.

À la maison

Un environnement familial stimulant et encourageant est indispensable pour un enfant souffrant d'un trouble d'anxiété de séparation. Pour ce faire, il faut

  • en offrant un soutien émotionnel et en rassurant l'enfant
  • Maintenir des routines et des horaires cohérents
  • Mettre en place des rituels d'adieu rapides
  • Promouvoir l'indépendance

    Il est très important pour un enfant souffrant d'un trouble d'anxiété de séparation d'établir une base de sécurité à la maison. Cela favorise la tendance de l'enfant à rechercher une protection en cas de besoin et lui donne un sentiment de sécurité en lui faisant comprendre qu'il dispose d'une base sûre où retourner. Les frères et sœurs jouent également un rôle crucial de soutien et doivent être soutenus et suivis, car ils peuvent également être stressés.

    À l'école

    Dans un environnement scolaire, un enfant souffrant d'un trouble d'anxiété de séparation a besoin :

    • d'un espace sûr et réconfortant
    • d'une communication active avec son foyer
    • Messages réconfortants
    • Soutien lors des interactions avec les pairs
    • la reconnaissance de leurs efforts d'adaptation par des récompenses.

      Les mesures éducatives peuvent impliquer des ajustements et des aménagements, comme la présence d'un membre fiable du personnel scolaire lorsque l'enfant arrive à l'école, la fourniture d'une assistance lors de la dépose à l'école et l'utilisation d'interventions fondées sur la recherche et adaptées aux besoins spécifiques de l'enfant. En outre, il peut être bénéfique d'améliorer les interactions avec les pairs en informant le personnel et les parents sur le trouble d'anxiété de séparation, en promouvant une approche collaborative, en créant un environnement accueillant, en encourageant les relations positives et en offrant un soutien à l'enfant pendant les interactions avec ses pairs.

      Renforcer les capacités d'adaptation

      La gestion du trouble d'anxiété de séparation repose en grande partie sur le développement de mécanismes d'adaptation sains. Il s'agit notamment de :

      • Identifier un endroit sûr
      • Permettre à l'enfant de garder le contact avec la maison
      • Fournir à l'enfant des notes réconfortantes à lire
      • Offrir un soutien lors des interactions avec les pairs
      • Reconnaître les efforts d'adaptation de l'enfant en le récompensant.

        Les activités créatives telles que la thérapie par le jeu et l'art-thérapie peuvent offrir aux enfants souffrant d'anxiété de séparation un moyen d'exprimer leurs pensées et leurs émotions de manière non verbale, ce qui peut les aider à faire face à leurs sentiments. L'exercice physique, la pleine conscience et les techniques de relaxation, notamment la respiration profonde, la visualisation et la relaxation musculaire progressive, peuvent également aider les enfants souffrant de troubles d'anxiété de séparation à atteindre un état de relaxation, à soulager l'anxiété et à développer une conscience attentive de leurs pensées et de leurs émotions d'une manière sereine.

        L'anxiété de séparation chez l'adulte : Reconnaître et gérer la maladie

        Bien qu'il soit souvent associé aux enfants, le trouble d'anxiété de séparation peut également toucher les adultes, avec une prévalence de 6,6 % au cours de la vie. Les symptômes chez l'adulte sont similaires à ceux de l'enfant :

        • une détresse excessive avant et pendant la séparation
        • Inquiétude accrue à l'idée de perdre la figure d'attachement
        • Manifestations somatiques telles que maux d'estomac, nausées et maux de tête
        • Indicateurs émotionnels tels que l'anxiété intense, l'inquiétude, la peur, la honte et le retrait social

          Comme les enfants, les adultes souffrant d'anxiété de séparation reçoivent un traitement adapté à leurs besoins spécifiques, qui peut inclure des approches thérapeutiques et des médicaments. Il est conseillé de consulter un professionnel de la santé mentale lorsqu'une personne éprouve des craintes sévères liées à la séparation qui ont un impact significatif sur ses activités quotidiennes.

          Résumé

          Le trouble d'anxiété de séparation est une affection qui peut toucher aussi bien les enfants que les adultes, provoquant une détresse importante et une interférence avec les activités quotidiennes. Il est essentiel de comprendre la différence entre l'anxiété de séparation normale et le trouble d'anxiété de séparation, d'en reconnaître les symptômes et de connaître les diverses options de traitement pour gérer cette affection.

          Il est important de se rappeler que le trouble d'anxiété de séparation peut être traité et qu'avec le soutien approprié, les personnes touchées par ce trouble peuvent mener une vie saine et épanouissante. Que vous soyez un parent, un enseignant ou un adulte souffrant d'anxiété de séparation, n'oubliez pas que de l'aide est disponible et que la guérison est tout à fait possible.

          Questions fréquemment posées

          Comment faire face à l'angoisse de séparation ?

          Pour faire face à l’angoisse de séparation, identifiez les éléments déclencheurs, remettez en question les pensées négatives, reconnaissez sa nature temporaire, occupez-vous et envisagez de rejoindre un groupe de soutien. Pour les enfants, entraînez-vous à la séparation, planifiez les séparations après la sieste ou la tétée, mettez en place un rituel d’au revoir rapide et partez sans fanfare tout en tenant vos promesses.

          De nombreux articles sont disponibles pour vous aider à mieux gérer l'angoisse de séparation.

          Quelles sont les causes de l'angoisse de séparation ?

          L'anxiété de séparation peut être causée par des expériences traumatisantes, telles qu'un divorce, une maladie ou un décès dans la famille, et peut être exacerbée par des comportements d'évitement, comme manquer l'école en cas d'anxiété.

          Quel est le meilleur traitement de l'anxiété de séparation ?

          Le meilleur traitement de l'angoisse de séparation fait souvent appel à la thérapie, aux médicaments ou à une combinaison des deux, la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) étant la forme de thérapie la plus couramment utilisée. Il est important de consulter un professionnel de la santé mentale afin de déterminer la meilleure approche pour votre situation spécifique.

          Quelle est la différence entre l'anxiété de séparation normale et le trouble d'anxiété de séparation ?

          La principale différence entre l'anxiété de séparation normale et le trouble d'anxiété de séparation est que ce dernier est un trouble de santé mentale caractérisé par une peur et une anxiété excessives à l'idée d'être séparé de ses figures d'attachement, alors que le premier est un stade de développement typique chez l'enfant.

          Les adultes peuvent-ils être affectés par le trouble d'anxiété de séparation ?

          Oui, les adultes peuvent être affectés par le trouble d'anxiété de séparation, avec des symptômes similaires à ceux des enfants, tels qu'une détresse excessive avant et pendant la séparation, une inquiétude accrue de perdre la figure d'attachement, des manifestations somatiques et des indicateurs émotionnels tels que l'anxiété intense, l'inquiétude, la peur, la honte et le retrait social.

          Références

          1. American Psychiatric Association. (2013). Diagnostic and statistical manual of mental disorders (5th ed.).

          2. Bowlby, J. (1969). Attachment and loss. Hogarth.

          3. Coplan, R. J., Rubin, K. H., Fox, N. A., Calkins, S. D., & Stewart, S. L. (1994). Being alone, playing alone, and acting alone: Distinguishing among reticence and passive and active solitude in young children. Child Development, 65(1), 129–137.

          4. Manassis, K., Lee, T. C., Bennett, K., Zhao, X. Y., Mendlowitz, S., Duda, S., ... & Wood, J. J. (2014). Types of parental involvement in CBT with anxious youth: A preliminary meta-analysis. Journal of Consulting and Clinical Psychology, 82(6), 1163.

          5. Murray, L., Creswell, C., & Cooper, P. J. (2009). The development of anxiety disorders in childhood: An integrative review. Psychological Medicine, 39(9), 1413–1423.

          6. Silove, D., Marnane, C., Wagner, R., & Manicavasagar, V. (2010). Brief report: Avoidant attachment in panic disorder with agoraphobia. Psychological Medicine, 40(3), 545–549.

          7. Silove, D., Marnane, C., Wagner, R., & Manicavasagar, V. (2008). The prevalence and correlates of adult separation anxiety disorder in an anxiety clinic. BMC Psychiatry, 8(1), 21.

          Copyright Upbility 2024