Passer au contenu
Quest-ce que-la-dyspraxie-Symptômes-et-traitement

Qu'est-ce que la dyspraxie ? Symptômes et traitement

La dyspraxie, également connue sous le nom de trouble de la coordination du développement (DCD), est un trouble neurologique qui affecte la coordination motrice et peut nuire à la capacité d'une personne à accomplir des tâches quotidiennes. Il s'agit d'une affection qui dure toute la vie et qui peut toucher des personnes de tous âges, de tous sexes et de toutes origines.
Qu'est-ce que la dyspraxie

 

Prévalence de la dyspraxie

On estime que la dyspraxie touche entre 5 et 10 % de la population, avec une prévalence plus élevée chez les hommes que chez les femmes. Malgré sa prévalence, la dyspraxie fait l'objet de plusieurs idées fausses, qui peuvent empêcher un diagnostic et un soutien adéquats.

L'une des idées fausses les plus répandues est que la dyspraxie n'affecte que la coordination physique. Si la coordination motrice est une caractéristique de la dyspraxie, elle peut également affecter le fonctionnement cognitif et émotionnel. Un enfant atteint de dyspraxie peut avoir des difficultés à planifier et à organiser, à traiter l'information et à réguler ses émotions. 

Diagnostic de la dyspraxie

Un diagnostic de dyspraxie implique une évaluation complète par une équipe de professionnels, notamment un pédiatre ou un neurologue, un psychologue et un ergothérapeute. L'évaluation comprend généralement un historique médical et développemental détaillé, l'observation du comportement et des mouvements de l'individu, ainsi que des tests standardisés de coordination motrice et de fonction cognitive. Les critères du DSM-5 pour le diagnostic de la dyspraxie sont les suivants :

  • Difficultés de coordination motrice qui affectent de manière significative les activités quotidiennes et les performances scolaires ou professionnelles.
  • Des symptômes qui persistent pendant au moins six mois et qui ne sont pas dus à d'autres affections médicales ou neurologiques
  • Des symptômes qui ne peuvent pas être expliqués par une déficience intellectuelle ou une déficience visuelle.

Types de dyspraxie

Il existe différents types de dyspraxie qui peuvent affecter différents aspects du fonctionnement d'une personne. Voici quelques-uns des types de dyspraxie les plus couramment reconnus :

La dyspraxie verbale : La dyspraxie verbale affecte la parole et le langage. Elle peut entraîner des difficultés d'articulation, de prononciation et de fluidité du discours.

Dyspraxie orale : Ce type de dyspraxie affecte la coordination des muscles utilisés pour manger et avaler. Elle peut entraîner des difficultés à mordre, à mâcher et à avaler les aliments.

Dyspraxie oculomotrice : Ce type de dyspraxie affecte le mouvement des yeux et le traitement visuel. Il peut entraîner des difficultés à suivre des objets en mouvement, à se concentrer sur des tâches qui requièrent une attention visuelle et une perception spatiale.

Dyspraxie des membres : Ce type de dyspraxie affecte la coordination des mouvements des membres. Elle peut entraîner des difficultés dans les tâches nécessitant une motricité fine, comme l'écriture, le dessin ou l'utilisation d'outils.

Dyspraxie idiomotrice : Ce type de dyspraxie affecte la planification et l'exécution des mouvements volontaires. Elle peut entraîner des difficultés dans les tâches qui nécessitent une séquence de mouvements, comme faire ses lacets, attacher ses vêtements ou se brosser les dents.

Causes et facteurs de risque

dyspraxie

 

Les causes exactes de la dyspraxie ne sont pas entièrement comprises, mais les chercheurs pensent qu'elle est due à une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux. Voici quelques-uns des facteurs qui ont été identifiés comme des causes possibles ou des facteurs de risque de la dyspraxie :

Facteurs génétiques : La dyspraxie a tendance à être présente dans les familles, ce qui suggère qu'il pourrait y avoir une composante génétique. Cependant, aucun gène spécifique n'a été identifié comme étant la seule cause de la dyspraxie.

Cependant, il n'existe pas de gènes spécifiques qui ne soient pas liés à des facteurs spécifiques : On pense que la dyspraxie est due à des anomalies dans le développement du cerveau, en particulier dans les zones qui contrôlent la coordination des mouvements et le traitement de l'information. Le traitement de l'information par le cerveau est immature, ce qui se traduit par une mauvaise transmission des messages au corps.

Naissance prématurée ou faible poids de naissance : Les bébés nés prématurément ou avec un faible poids à la naissance ont plus de risques de développer une dyspraxie.

Les enfants qui naissent prématurément ou qui ont un risque élevé de naître prématurément ont un risque plus élevé de malformations congénitales :

Les mères qui consomment de l'alcool ou des drogues pendant la grossesse sont plus susceptibles d'avoir des enfants atteints de dyspraxie.

Autres conditions médicales : La dyspraxie est plus fréquente chez les personnes souffrant d'autres pathologies, telles que le trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH), les troubles du spectre autistique (TSA) et l'infirmité motrice cérébrale.

Symptômes de la dyspraxie

La dyspraxie peut se manifester différemment d'une personne à l'autre, mais voici quelques-uns des symptômes les plus courants associés à cette affection :

A. Symptômes physiques :

Manque d'équilibre et de coordination : un enfant atteint de dyspraxie peut avoir des difficultés d'équilibre et de coordination, ce qui l'empêche d'accomplir des tâches physiques simples, comme se tenir sur une jambe ou faire du vélo.

Difficultés de motricité fine : Les personnes atteintes de dyspraxie peuvent avoir des difficultés avec la motricité fine, ce qui les empêche de faire des choses comme nouer des lacets, utiliser des ustensiles ou écrire.

Mauvaise coordination entre les mains et les yeux : Un enfant atteint de dyspraxie peut avoir des difficultés à coordonner ses mains et ses yeux, ce qui l'empêche d'attraper une balle ou de faire du sport. 

B. Symptômes cognitifs :

Mauvaises capacités d'organisation : Les personnes atteintes de dyspraxie peuvent avoir des difficultés à planifier et à s'organiser, ce qui rend difficile l'accomplissement de tâches nécessitant plusieurs étapes.

Mauvaise mémoire : les personnes atteintes de dyspraxie peuvent avoir des difficultés avec la mémoire à court terme, ce qui rend difficile la mémorisation des instructions ou des détails.

Difficulté de perception spatiale : Les personnes atteintes de dyspraxie peuvent avoir des difficultés à percevoir l'espace, ce qui les empêche de s'orienter dans de nouveaux environnements ou d'évaluer les distances.

Traitement lent de l'information : Les personnes atteintes de dyspraxie peuvent avoir des difficultés à traiter rapidement les informations, ce qui les empêche de suivre les discussions ou les cours en classe.

C. Symptômes sociaux et émotionnels :

Faible estime de soi : Les personnes atteintes de dyspraxie peuvent avoir une faible estime d'elles-mêmes en raison de leurs difficultés de coordination et d'autres tâches.

Anxiété : les personnes atteintes de dyspraxie peuvent éprouver de l'anxiété liée à leurs difficultés dans les tâches quotidiennes et les situations sociales.

Isolement social : les personnes atteintes de dyspraxie peuvent avoir du mal à participer à des activités sociales en raison de leurs difficultés de coordination et d'autres tâches. 

Dyspraxie verbale

La dyspraxie verbale, également connue sous le nom d'apraxie de la parole chez l'enfant, est un trouble neurologique qui affecte la capacité d'une personne à planifier et à coordonner les mouvements nécessaires à la parole. Il s'agit d'un trouble moteur de la parole qui affecte la capacité à produire des sons, des syllabes et des mots plutôt que la compréhension réelle du langage.

Les personnes atteintes de dyspraxie verbale peuvent avoir des difficultés à commencer à parler, à produire un discours clair et intelligible et à coordonner les mouvements des lèvres, de la langue et de la mâchoire nécessaires à l'élocution. Elles font divers mouvements avec la langue et les lèvres pour essayer de produire des mots. La gravité de la dyspraxie verbale peut varier considérablement, de légère à sévère.

Il peut être difficile de diagnostiquer la dyspraxie verbale, car il n'existe pas de test ou de symptôme unique permettant d'identifier définitivement la maladie. Une approche multidisciplinaire est généralement utilisée pour diagnostiquer la dyspraxie verbale, notamment par un orthophoniste, un neurologue et un ergothérapeute. Le traitement de la dyspraxie verbale comprend souvent une orthophonie intensive pour améliorer la planification et la coordination motrices, ainsi que d'autres stratégies de soutien à la communication, telles que les dispositifs de communication améliorée et alternative (CAA).

Il est important de reconnaître et de soutenir les personnes atteintes de dyspraxie verbale, car une intervention et un traitement précoces peuvent améliorer considérablement les résultats et la qualité de vie. Comprendre les symptômes et les défis de la dyspraxie verbale peut également contribuer à réduire la stigmatisation et à promouvoir l'inclusion et l'acceptation des personnes souffrant de troubles de la communication.

dyspraxie dyspraxie 

Diagnostic de la dyspraxie

A. Outils de dépistage et d'évaluation :

Les outils de dépistage et d'évaluation sont utilisés pour identifier la dyspraxie et d'autres troubles du développement. Voici quelques outils de dépistage et d'évaluation couramment utilisés :

Batterie d'évaluation du mouvement pour les enfants (MABC) : Il s'agit d'un test standardisé utilisé pour évaluer les capacités motrices et la coordination chez les enfants.

Developmental Coordination Disorders Questionnaire (DCDQ) : Il s'agit d'un questionnaire utilisé pour évaluer la coordination motrice d'un enfant et identifier les symptômes de la dyspraxie.

Test de développement de l'intégration visuo-motrice de Beery-Buktenica (VMI) : ce test permet d'évaluer la coordination visuo-motrice de l'enfant et d'identifier les déficits visuo-moteurs. 

B. Processus d'orientation et d'évaluation

Si l'on soupçonne une dyspraxie, la première étape consiste à en parler à un professionnel de la santé. Ce dernier peut orienter le patient vers un spécialiste, tel qu'un pédiatre, un neurologue ou un ergothérapeute. Le processus d'évaluation comprend généralement un historique médical et développemental complet, l'observation du comportement et des mouvements de la personne, ainsi que des tests standardisés de coordination motrice et de fonction cognitive.


C. Approche multidisciplinaire du diagnostic :

Une approche multidisciplinaire est recommandée pour le diagnostic de la dyspraxie. Cela implique qu'une équipe de professionnels de différents domaines, tels que la médecine, la psychologie et l'ergothérapie, travaille ensemble pour évaluer et diagnostiquer la maladie. Cette approche permet d'obtenir un diagnostic plus précis et de mieux comprendre les forces et les difficultés de l'individu. Une équipe pluridisciplinaire peut également aider à identifier les traitements et les interventions appropriés pour répondre aux besoins de la personne. 

Traitement et prise en charge de la dyspraxie

A. Options de traitement :

Il existe plusieurs options de traitement pour les personnes atteintes de dyspraxie :

L'ergothérapie : L'ergothérapie peut aider les personnes atteintes de dyspraxie à améliorer leurs capacités motrices, à développer des stratégies de compensation et à améliorer leur capacité à effectuer des tâches quotidiennes.

L'orthophonie : L'orthophonie peut aider les personnes atteintes de dyspraxie à améliorer leurs capacités de communication verbale et à développer des stratégies pour surmonter les difficultés d'élocution et de langage.

Physiothérapie : La kinésithérapie peut aider les personnes atteintes de dyspraxie à améliorer leur coordination physique et à développer des stratégies pour surmonter les problèmes de motricité globale.

Thérapie cognitivo-comportementale : La thérapie cognitivo-comportementale peut aider les personnes atteintes de dyspraxie à développer des stratégies d'adaptation et à améliorer leur bien-être émotionnel.

 B. Stratégies pour la maison et l'école :

De nombreuses stratégies peuvent aider les personnes atteintes de dyspraxie à réussir à la maison et à l'école, notamment

Il existe de nombreuses stratégies qui peuvent aider les personnes à la maison et à l'école à faire face aux devoirs et aux problèmes liés aux devoirs : Diviser les tâches en petites étapes peut les rendre plus faciles à gérer et réduire le stress et la frustration.

Utiliser des aides visuelles : les aides visuelles, telles que les listes de contrôle et les calendriers, peuvent aider les personnes atteintes de dyspraxie à organiser leurs pensées et à rester concentrées sur leurs tâches.

C. Technologie et équipements d'assistance :

Les technologies d'assistance et les aménagements peuvent aider les personnes atteintes de dyspraxie à surmonter les difficultés et à réussir dans divers contextes. Voici quelques exemples de technologies d'assistance et d'aménagements :

Logiciel de dictée : Les logiciels de dictée peuvent aider les personnes atteintes de dyspraxie à écrire et à taper plus facilement.

Technologie de conversion de la parole en texte : La technologie de conversion de la parole en texte peut aider les personnes atteintes de dyspraxie à communiquer plus facilement et plus efficacement.

Dispositifs d'adaptation pour l'écriture et d'autres tâches de motricité fine : Les dispositifs d'adaptation, tels que les porte-crayons et les stylos à poids, peuvent aider les personnes atteintes de dyspraxie à améliorer leur écriture et d'autres tâches de motricité fine.

Temps supplémentaire pour les devoirs et les examens : Accorder du temps supplémentaire pour les devoirs et les examens peut aider les personnes atteintes de dyspraxie à travailler à leur propre rythme et à réduire le stress et la frustration.

En conclusion, la dyspraxie est une maladie complexe qui peut affecter les individus de différentes manières. Toutefois, avec un diagnostic, un traitement et un soutien appropriés, les personnes atteintes de dyspraxie peuvent surmonter leurs difficultés et mener une vie épanouie. Travaillons ensemble pour promouvoir la sensibilisation, la compréhension et l'acceptation de la dyspraxie et créer une société inclusive pour tous.

Contenu original de l'équipe de rédaction d'Upbility. La reproduction de cet article, en tout ou en partie, sans mention de l'éditeur est interdite.

Vous pouvez également lire 

Matériel sur l’autisme:

Article précédent Problèmes de comportement. Un guide complet de prise en charge